Lancement de la campagne : réunion du 28/01/2020

Lancement de la campagne : réunion du 28/01/2020

30 janvier 2020 0 Par Pierre Maudoux

Notre première réunion publique de campagne s’est tenue le 28 janvier. Vous pourrez prochainement visionner une vidéo résumant cette soirée. Nous vous proposons ci-dessous une sélection de photographies de cet événement ainsi que l’article que la journaliste Nicole Bertin a consacré à notre réunion sur son site Nicole Bertin Infos.

Article de Nicole Bertin (reproduit avec son autorisation)

Tête de liste aux Municipales de mars prochain, Pierre Maudoux a dévoilé sa liste et présenté les grandes lignes de son programme.

Mardi au Plateau d’Auguste, un restaurant qui a ouvert ses portes dans la cité entrepreneuriale (ex Crédit Agricole) de Saintes. Pierre Maudoux, candidat aux Municipales, a choisi d ‘y présenter ses colistiers et les grands axes de son programme pour deux raisons : d’une part c’est un lieu porteur et d’autre part, il n’a pas de local officiel, l’intérêt de cette campagne se situant en dehors des apparences.
Plus de 150 personnes se sont donc donné rendez-vous pour écouter ce chirurgien dentiste, présent à chaque élection : ayant réalisé un score de 6,29% au premier tour des Municipales en 2008 (liste divers droite), il a obtenu 9,38% (liste Modem) au scrutin de 2014. Autrement dit, tous les espoirs sont permis et il compte dans la balance. Ses arguments séduisent un électorat centriste qui ne se retrouve pas dans les autres listes. Jusqu’alors, elles étaient soit de droite, soit de gauche. Depuis que La République en Marche a bouleversé la donne, la plupart ont carrément gommé leurs appartenances pour se dire « sans étiquette ». Ce qui ne veut pas dire que toute sensibilité en est absente.
Dans le paysage politique saintais, Pierre Maudoux se veut discret, encore qu’il est largement présent sur les réseaux sociaux. Il a son mot à dire, des messages à délivrer. Ouvert, sympa, il pourrait incarner le voisin idéal, celui avec qui on va faire un brin causette au retour du boulot et vous aidera en cas de pépin (surtout si vous avez une rage de dents !).

« Nous sommes une liste profondément politique »

Son intervention est attendue. Dans un premier temps, un problème de micro récalcitrant ne suffit pas à brider sa détermination. « Je parlerai plus fort » dit-il en riant. Fort heureusement, le son revient et il va définir, avec clarté, ce qu’il imagine pour l’avenir de Saintes. Il y a longtemps qu’il s’intéresse à la cité et plus généralement au territoire. Il n’est pas le seul puisque de nombreux candidats sont sur la ligne de départ.
Il classe ces listes en trois catégories. Celles des sortants qui ont un bilan : Jean-Philippe Machon « a mis fin aux friches urbaines et fait des réalisations sur la ville. Néanmoins, pas mal de choses n’ont pas fonctionné dont la CDA dont il a perdu la présidence, l’échec de la mutualisation, le manque de communication avec les associations et le personnel communal » ; en ce qui concerne Bruno Drapron « ayant longtemps siégé au sein de l’équipe Machon, il porte un bilan personnel de l’état du sport à Saintes. En tant que conseiller régional, il est chargé d’obtenir des subventions pour la ville. Aurait-il pu mieux faire ? » ; Quant à Pierre Dietz, il a été l’adjoint du maire socialiste Jean Rouger « municipalité qui est à l’origine d’une importante augmentation de la fiscalité locale ». S’y ajoute une liste identifiée politiquement, celle de gauche conduite par Rémy Catrou (et, qui sait, une formation présentée par les Ecologistes ?).
La liste « Pour et avec les Saintais » que Pierre Maudoux a constituée se veut proche du terrain et à l’écoute des habitants : « nous avons des projets. Sans étiquette, nous sommes une liste profondément politique car elle regroupe plusieurs sensibilités indispensables à l’expression démocratique ».
L’une des actions prioritaires sera d’équilibrer le budget de la ville sans augmenter les impôts. Il s’agira aussi pour Saintes de travailler efficacement avec les autres communes de la Communauté d’Agglomération.
Parmi les grands défis, Pierre Maudoux privilégie le quotidien en menant des actions en faveur des jeunes et des moins jeunes, le recrutement d’un référent pour traiter les problèmes de voisinage, l’aménagement du terrain blanc au parc des expos, un grand plan de réfection des trottoirs, les crèches, etc. S’y ajouteront des mesures visant à une meilleure représentation de la population : conseils des jeunes, des sages, du monde associatif.
Dans les semaines qui viennent, l’intégralité de ce programme (environnement, social, transports, patrimoine, transition écologique, etc) sera dévoilée.

« Ne pas augmenter la pression fiscale »

Déjà en 2008, invité par le club Pays Santon Entreprises aux cotés des autres têtes de liste (Bernadette Schmitt, Jean Rouger, Philippe Callaud, Jean-Philippe Ardouin et Daniel Métraud), Pierre Maudoux avait fixé le cap. Que disait-il à l’époque ?

Extrait : « Pierre Maudoux n’y est pas allé par quatre chemins en ce qui concerne les problèmes de l’entreprise : il les connaît puisqu’il possède un cabinet dentaire à Saintes où il exerce depuis des années. Par le passé, il a siégé au Conseil de Développement de la Saintonge Romane : « Je suis passé dans le camp politique pour y défendre les intérêts économiques. Saintes doit afficher une image dynamique pour attirer des entreprises innovantes. En ce début de XXIème siècle, la prochaine municipalité saintaise devra anticiper en adoptant une position volontariste forte en partenariat avec les acteurs locaux ». Parmi les prestations énoncées, il préconise des liens plus étroits entre chaque PME et la Communauté de communes grâce à « un interlocuteur chargé du développement économique, clairement désigné », une réelle synergie entre les chefs d’entreprises, la mairie, la CCI ainsi que le développement de nouvelles zones d’activités en élargissant les réserves foncières : « pour nous, ce seront des opérations blanches. Il n’est pas question de s’enrichir sur le dos des industriels ». Il souhaite faire de Saintes une ville pilote en ce qui concerne le développement durable : « Notre politique devra être plus agressive pour tirer notre épingle du jeu » dit-il.
Quant à l’animation du centre ville, elle sera confiée à un manager issu du milieu privé qui travaillera avec les associations de commerçants. Au sujet des impôts, Pierre Maudoux ne veut pas être suicidaire : « Nous devons stabiliser la pression fiscale et non pas l’augmenter ». Et de conclure en citant l’exemple vendéen dont la réussite inspire de nombreux hommes politiques, de gauche comme de droite ».

A quelques variantes près, le contexte n’a pas changé. Cette situation réserve à l’avenir d’intéressantes réunions publiques !