Rencontres

Rencontres

24 février 2020 0 Par Pierre Maudoux

Cette campagne électorale permet des échanges, sur le terrain, puisque tel était notre choix.
Ces moments sont instructifs et enrichissants.
Là, ce sont deux jeunes mamans dans un bar à Bellevue qui n’ont jamais voté, qui aimeraient bien que l’on apporte des réponses concrètes à leurs problèmes de garderie, de recherche d’emplois, qui sont séduites par notre engagement et nos propositions..mais qui ne sont pas inscrites sur les listes électorales. Un autre jour, c’ est un couple, dont on ressent aux premiers mots le désarroi, le manque de confiance envers tous les candidats. La volonté de faire le bon choix aussi. Alors, il faut se battre, convaincre, avec son cœur, ses tripes, ses propositions. Un combat démocratique difficile, mais passionnant. Au moins les convaincre de voter. Puis , quand on a le sentiment d’avoir marqué quelques points, que la conversation est aussi cordiale qu’ouverte, c’est autant de satisfaction. Hier, une cheffe d’entreprise, lasse, irritée de tant d’années de manque de considération, de manque d’entretien de la zone des Charriers. Je confie sans mal que voilà trois mandats que cela dure. Et c’est malheureusement vrai, et révoltant. Ce qui me pousse, gentiment, à tacler les sortants, leur bilan, le genre de constats qui nous ont poussé à nous impliquer. Ce matin, c’est un monsieur qui me demande si dans un mois devenu maire j’engagerai une lutte contre le bruit dans ses excès insupportables. Voilà du positif. Pour lui notre élection est le préalable au changement! Et sans opter pour une attitude( ô quelle serait détestable et contraire à nos principes !) de promesse politicienne, j’acquiesce. Évidemment ces cyclomoteurs trafiqués au pot de détente bruyant , il en suffit d’un, sont capables de gâcher la vie en un passage à des centaines de personnes. Pourquoi les élus ne disent et ne font rien? Car en plus ces ados se retrouvent à une vitesse excessive sur des engins qui ne sont pas fait pour. Bien sûr nous agirons, avec pédagogie ,bienveillance et fermeté.
Mais ce sont aussi des retours, des attitudes sympathiques, des encouragements, des petits « v » discrets qui marquent l’envie partagée de notre victoire.
Notre présence électorale est nécessaire.
Elle semble appréciée.
Nous associons réalisme, pragmatisme et générosité.
A une vingtaine de jours du scrutin, une dynamique s’installe. Elle est en phase avec notre détermination à agir.
Bonne journée à chacun et chacune d’entre vous. Soyons heureux de participer à des élections locales avec une bonne conduite des uns et des autres.
Que la démocratie est belle quand elle fait renaître l’espoir!
Pierre Maudoux