Humeur de campagne présidentielle

On aura entendu le même jour

-un ministre de la République française affirmer que son gouvernement ne soutiendrait pas la formation d’une Scop ( société coopérative et participative dont la majorité des associés sont les salariés de l’entreprise)pour sauver une entreprise de transport maritime, hypothèse formulée par un syndicat local

– l’Elysée contredire cette version en affirmant que le gouvernement appuierait la mise en place de la Scop en demandant à la SNCF de verser une indemnité exceptionnelle aux salariés et aux salariés de la réinvestire dans la Scop

On aura entendu le lendemain ou presque

-les syndicalistes affirmer que la Scop en question n’aurait pas de navires à exploiter pour ses salariés, donc que l’hypothèse scop était farfelue

-la SNCF proposer un plan de reclassement des ouvriés licenciés

-les entreprises anglaises concurrentes affirmer qu’elles porteraient devant la justice européenne cette affaire pour aides d’Etat dans un secteur de libre concurrence

N’aura-t-on pas entendu tout et son contraire? N’aura-t-on pas, une fois de plus, parlé pour ne rien dire ? proposé pour mieux abandonner demain ? gaspillé pour perdre de toutes façons un peu plus tard ? freiné la reconversion ? menti pour intérêt électoraliste? promis à perte ? faut-il récompenser des entreprises mal gérées et défaillantes par des aides d’état ?

En tous cas, même si l’urgence de certaines situations mérite des décisions rapides, ma sentence me semble juste:

PRECIPITATION, AMATEURISME, MANQUE DE CONCERTATION, MENSONGE

se retrouvent pêle-mêle dans la brêche ouverte dans les ferrys français. Or, si j’osais un humour noir déplacé, un ferry, cela coule vite; alors, quand les secours n’ont ni zodiacs, ni vhf, ni consignes claires,ni coordination, ni jumelles, ni treuils, ni radeaux, ni bouées, tout porte à croire que les victimes seront nombreuses. Triste affaire à suivre sur le LONG terme.

avatar

Pierre Maudoux