Lendemain d’élection

Lendemain d’élection

26 avril 2022 Non Par Pierre Maudoux

Au lendemain de l’élection présidentielle qui a heureusement vu la victoire d’Emmanuel Macron, la situation démocratique de notre Pays m’inspire quelques remarques.

1. La France reste ancrée dans l’Union Européenne ce qui est bon pour les français.

2. Le scrutin, caractérisé par une union face à l’extrême droite et une forte abstention, engage effectivement le Président de la République pour un changement de méthode et pour des résultats qui touchent le maximum de français dans leur quotidien. Une vraie co-construction avec le parlement et les corps intermédiaires doit être instituée pour aboutir à des projets politiques consensuels. Le grand chantier de nos administrations comme celui de l’hôpital public en péril, de l’éducation nationale en désarroi, de la justice débordée et trop lente ne pourra se tenir sans la participation effective des professionnels concernés. L’aspiration à un meilleur pouvoir d’achat pour une majorité de français devra passer par le grand défi des augmentations de salaire et pas uniquement du smic, avec pragmatisme et volontarisme pour faire fondre certains freins qui les étouffent. Le futur gouvernement devra être efficace pour lever les doutes de certains français quant aux engagements environnementaux du Président. L’engagement formel vers un scrutin parlementaire intégrant la proportionnelle devra être pris pour que l’opposition à certaines mesures trouve son expression à l’Assemblée plus que dans la rue.3. Pour défendre un changement qui allie l’écoute, la négociation, le respect et la prise en compte des interrogations légitimes et un meilleur pour une grande majorité de françaises et de français, il faudra des députés engagés et libres en conscience de faire remonter les préoccupations des français et leurs attentes. Des députés déterminés à agir pour le bien commun et humbles. Capables de mouiller la chemise en période difficile, à l’Assemblée comme sur leur territoire. Ce dernier choix, circonscription par circonscription, reviendra encore une fois aux électeurs. Qu’il serait dommage que l’abstention se mêle à nouveau de nos choix.