CDA

Vous l’aviez compris, il ne s’agit ni d’une commission des droits et de l’autonomie, ni de compétences documentaires avancées, ni de la chambre des associations, ni du club des ados, ni encore de la compagnie des alpes! Il s’agit de la Communauté D’Agglomération, sujet très en vogue dans le microcosme politique saintongeais en ce début d’année 2011.

Là où son prédécesseur, Bernadette Schmitt, avait échoué – on a oublié le pourquoi ou les fautifs – Jean Rouger, Maire de Saintes, tente coûte que coûte de réunir le quota de citoyens – à savoir 50 000 – pour mener la CDC du Pays Santon et le territoire saintais élargi vers une communauté d’agglomération. Les plus beaux projets sont lisibles pour ceux qui veulent y participer.

La méthode importerait peu, seul le résultat, me diriez-vous ? Pourtant, force est de constater que l’ambience n’est pas de partout à l’emballement.

Du coté de Chaniers, Xavier de Roux qui préfèrerait une grande Agglo Saintes/Cognac a accepté cette idée à condition de rentrer comme partenaire territorial plein, de peser le contenu du contrat, d’en discuter les avantages et les inconvénients. A Saintes, ses interlocuteurs (le Maire ou le Président de la CDC?) souhaitent élargir la CDC du Pays Santon en y incluant Chaniers, avant d’aller vers la CDA. Mais dans la discussion, on suppose quand même que tout un chacun se pose la question : que va y gagner mon (petit) territoire ?

Quelles compétences vais-je perdre ? Comment va évaluer la fiscalité du futur territoire ? Comment se déroulera la démocratie communautaire ? Quel rôle mes adjoints, mes conseillers municipaux vont-ils encore jouer ? Mariages, état civil, petites taches ? Que deviendra la proximité ?

Saintes semble s’obstiner : adhérer, nous répondrons à vos questions plus tard !

Chaniers la prudente laisse donc du temps au temps, peu emballée par la gestion de la CDC Saintaise, et par la fiscalité excessive de Saintes. Poussée par la préfecture qui pousse aux regroupements, la commune rebelle finira-t-elle par rejoindre la CDC de Burie et attendre encore pour peser plus avant un éventuel agglomérat avec Saintes?

Mais vers l’Océan, Jean Rouger pousse avec malice ses pions vers certaines CDC en instance d’implosion : plusieurs communes envisagent de rejoindre Saintes en quittant leur CDC.

Pourtant, on s’y inquiète déjà de participer aux frais du Centre nautique…

Dans la direction de Saint Jean d’ Angely, le maire socialiste s’essaye aussi.

Ah, quel but réunir 50 000 têtes de bétail pour obtenir une dotation de l’Etat plus importante !

Tout laisse penser que ce n’est plus que cela: “le bonheur tombera sur le territoire des 50000”

Mais le débat a-t-il été posé franchement sur la table :

— a-t-on suffisamment convaincu les Saintais que leur ville a tout à gagner à prendre de l’ importance?

a-t-on expliqué aux habitants de la périphérie que la répartition fiscale est juste si des équipements sont utilisés par tous?

— la compétence économique exercée demain par une future CDA sera-t-elle aussi mal exercée qu’elle ne l’est aujourd’hui autour de Saintes par sa CDC ? Peu de respect des acteurs entrepreneurs, accueil pâteux, peu de vision globale ni de prospective dynamique, mise en péril du commerce de

la ville centre pour les raisons que l’on sait…

— que perdront les CDC et communes limitrophes et que gagneront-elles ? si la perte de la compétence scolaire notamment inquiète, la gestion des déchets à l’image de celle de la CDC saintaise est loin de rassurer par son efficacité et son coût prohibitif.

— Vers quel secteur sera redirigé le surplus de dotation par habitant ?

— comment s’exercera la démocratie communautaire ? Comment garantir l’équilibre des périphéries et du centre glouton?

— la compétence transport assumée par la CDA débouchera-t-elle enfin sur un maillage périurbain et rural que la Conseil Général n’assume pas aujourd’hui même si on reconnaîtra que la tâche est énorme, et réclame un SCOT (schéma de cohérence et d’organisation territorial) pertinent dans ce domaine, des moyens, et une forte dose de volonté politique. Et si la dotation du Conseil Général attribuée à une CDA formée est calculée à partir de l’existant, il se pourrait bien que les acteurs de la future CDA saintaise ne déchantent en découvrant son faible montant. Il faudrait alors lever l’impôt et le mécontentement qui va avec, ou en rester au statu quo : autrement dit à pas grand chose!

L’ affaire n’est donc menée ni dans la clarté entre les acteurs politiques territoriaux, ni dans la transparence envers les citoyens, ni dans l’emballement en termes de projets communautaires dont le filigrane ne transpire pas.

Pourtant, Saintes perd du poids départemental dans de nombreux secteurs. Nous reculons, nous reculons. La maison de l’emploi a été abandonnée, Jean Rouger verrait bien disparaître le Pays de Saintonge Romane qui travaille pourtant avec efficacité pour le territoire et ramène des subventions au forceps. La ville-centre chasse les voitures et néglige ses commerces. Avec tout cela, la Saintonge semble écartée des directions prises par le département et sa majorité UMP.

Les cantonales sur Saintes Ouest vont peut-être relancer l’espoir de faire autrement. Dans le respect

des acteurs et des citoyens, dans la concertation vraie, et avec un peu plus d’ambition !

Défendre nos dossiers, clamer notre voix, assumer nos atouts et contrer la routine d’un conseil général acquis à Dominique Bussereau.

Ce soir, 10 janvier 2011, nous n’avons pas encore décidé au niveau départemental qui irait aux cantonales Saintes ouest pour le Modem. La sentence tombera comme une plume avant le 20 janvier. Je formule le souhait que de cette plume sorte une encre sereine mais corrosive et dynamique pour animer le débat électoral. Notre candidat aura le challenge de gagner : pas facile ? Nous en reparlerons !

Pierre Maudoux, 10 janvier 2011

Mots-clés : , ,
avatar

Pierre Maudoux