Orientation de nos jeunes, mais à quel prix ?

Le conseil régional avait mis à la disposition des établissements un train spécial pour convoyer les lycéens vers un salon de l’orientation à La Rochelle le vendredi 14 janvier. On s’étonnera que ni le Lycée Bellevue ni les lycées privés n’en aient pas profité. Mais là n’est pas mon propos.

Les tarifs dans toutes les filières sont devenus prohibitifs, sans que personne (politiquement) ne semble s’en émouvoir. Si les scolarités ont vu les frais d’inscription augmenter, à différents niveaux selon les filières, le fait à dénoncer est la quasi privatisation de tout le système éducatif supérieur. Il faut aujourd’hui passer par des écoles préparatoires privées pour presque toutes les filières d’études. Tout le médical est contaminé – médecine, pharma, dentaire -, tout le paramédical – kiné , écoles d’infirmières, d’aides soignantes -, mais aussi les filières sociales, les écoles de commerce, etc…En fait, dès qu’il y a sélection, dès qu’il y a concours, il y a une école privée de préparation. Ce glissement s’est opéré sans bruit et a forcément augmenté les frais d’études, voire leur durée.

L’ascenseur social n’est pas en panne, il a été détruit. On imagine bien que pour les familles par trop modestes, l’effort est insoutenable. Il est même hors du champ des possibles ; aussi certaines filières sont-elles inenvisageables pour maintes familles. Pour les autres, le poids de la scolarité se traduit par de lourdes privations, le recours à l’emprunt, des années difficiles à vivre… Il s’ajoute à tous ces frais des frais d’inscription aux concours ; par exemple, 200 euros pour chaque concours d’éducateur – et l’ado va en présenter 5 -, sans parler de frais de soutien pour les préparer.

Du coté du PS, ce sujet est rarement évoqué ; on préférait autrefois s’appuyer sur les dénonciations du  sociologue Pierre Bourdieu, ce qui n’amenait rien de plus concret. Du coté de la majorité UMP/ Nouveau Centre/ Radicaux Valoisiens, on a inventé un paravent plus subtil : l’effet Sciences Po Paris: à grand renfort de communication, on fait connaître le tremplin qui permet à des jeunes très brillants issus des banlieues de passer à Sciences Po Paris avec un parcours spécial. Comme si on voulait « couvrir » tout le reste, l’effacer.

La réalité est grave et il faut la regarder en face : les socialistes et la droite ont permis l’installation de tout un système éducatif privé INCONTOURNABLE. On nous aura en plus caché l’affaire en critiquant l’ école privée dans le primaire ou le secondaire, ce qui n’a rien à voir, et représente au contraire un parcours choisi par certaines familles. Ecoles privées qui correspondent  à la liberté éducative que doit permettre et offrir notre république laïque.

A l’inverse, le système éducatif post bac mercantile – très lucratif – étouffe les familles. Ce côté des études supérieures, même brèves, doit être intégré à notre réflexion de refonte du système éducatif, que Nicolas Sarkozy détruit en évacuant la formation des enseignants, et en ne remplaçant pas les départs en retraite. Le Modem ne partage pas cette politique, ni cet état de fait. Je lutterai au sein du Mouvement Démocrate pour qu’une réponse appropriée soit inclue dans nos projets politiques.

Pour s’engager dans une élection locale, comme des municipales ou des cantonales, il me semble incontournable de montrer aux électeurs que l’on n’est pas un « pion de parti », un rouage capable de dire uniquement « oui » à sa majorité, mais un être capable de s’engager publiquement et de construire sa penser politique. Insinuer, avec modestie mais détermination, qu’on aura la capacité de traiter des dossiers en conscience et avec réflexion. Insinuer aussi qu’on veut défendre ses idées, et les mettre en pratique dans un exercice politique de responsabilité.

Pierre Maudoux

avatar

Pierre Maudoux